Info

Blog catholique. Micro observatoire de la beauté, à la rencontre des grâces, des émerveillements et des joies toutes simples de la vie. Art de la maison, Création contemporaine, Style monacal, Design écologique, DIY, Artisanat d'art, Illustration.

 

 

De beaux arbres embaumant le pin s’invitent dans nos maisons, et la longue marche des petits santons, paniers de victuailles au bras, nous conduit à la mangeoire où prient la Vierge bleue, et le bon saint Joseph autour du Nouveau-Né. ll est venu le petit Enfant que nous attendions ! Il nous a montré son Visage de tendresse, Il s’est blotti contre nous, et notre coeur s’est réjoui.  Il est venu, le Fils bien aimé ! Sa douce proximité nous délivre de toute crainte, et nous comble d’espérance. Il vient briser nos chaines. Il vient nous visiter, et prendre part à notre vie, car Il nous aime. Puisse cette Bonne Nouvelle transparaître aussi dans les petits présents de nous échangeons en cette fin d’année. Ils viendront dire à ceux que nous aimons combien nous les aimons. Et joie incomparable, désormais, cet amour est pour toujours, cet amour ne connaîtra pas de fin, cet amour triomphera de la mort. Dieu naît dans le temps, Dieu né dans la chair, pour faire de nous ses enfants et nous offrir sa vie divine.

Très joyeux Noël à chacun de vous !

 

 

Sans doute avez-vous, comme moi, observé depuis quelques années, sur le Net et dans les librairies, une floraison d’ouvrages ou d’articles sur l’art d’être heureux ?

Comme cette mouvance venue des pays du Nord, valorise les belles petites choses qui nous font du bien, le sujet rejoint par là le propos de ce blog, et tombe finalement à point en ce joli temps de l’Avent.

Décorer un sapin qui embaume le pin, se plonger dans un bon livre sous la tiédeur d’un duvet, confectionner des petits sablés de Noël en forme de lune et d’étoile, allumer les premières bougies de l’Avent… Ces moments ne sont-ils pas spontanément apaisants et ressourçants ?  Oui, bien sûr !

En Scandinavie, cette recherche authentique du bonheur est appelée Hygge (Prononcez « Houga »). Ce mot n’a pas d’équivalent dans la langue française, et les seuls termes qui pourraient s’en approcher sont les emprunts anglais « cocooning » et « cosy » bien qu’ils soient trop limitatifs pour exprimer les dimensions de convivialité, d’accueil bienveillant et chaleureux qu’implique cette démarche intérieure. Chez nos amis scandinaves, les fruits de cette philosophie sont réels, palpables, visibles : privés d’heures de soleil et de lumière par rapport à nous (la nuit tombe à 15h en hiver), les Danois se disent heureux et sont heureux de vivre !

En France, nous n’avons pas encore développé cette culture. Nos rythmes et charges de travail, nos courses dans les transports, les nombreuses tâches de l’intendance de la maison, bref le tumulte général de nos vies, tendent à nous faire oublier le poids de grâce que recèle chaque journée.

Comment y remédier concrètement ?

Pour qui croit, la première clé est assurément la prière. Que nous ayons le sentiment de savoir à peu près comment nous y prendre, ou au contraire, pas du tout, le Seigneur est toujours là pour nous. Et dans sa douceur d’amour, Il nous ouvre grand les bras : Venez à moi, vous qui ployez sous le fardeau, et vous trouverez en moi le repos .

Celui qui a fait – ou qui désire faire – l’expérience des prévenances de son amour, est simplement invité à faire ce pas de foi : croire que le sens profond de son activité humaine pourra s’éclairer et prendre forme, au moment voulu, dès lors qu’il confie au Seigneur tout le composé de ses désirs et ses projets. Dieu prend soin de nous. Il nous aime, nous guide, nous relève, nous chérit, nous purifie pour nous conduire vers le plein accomplissement de notre être. Et cette tension vers la réussite de nos projets, selon ses critères à Lui, est une source d’espérance et de bonheur.

Quand Saint Paul nous exhorte à la joie Soyez toujours joyeux, priez sans cesse, rendez grâces en toutes choses, cette injonction implique que notre joie trouve sa source dans notre union intime au Christ. Dans cette perspective, cette joie (le plus souvent spirituelle et non sensible) devient accessible au souffrant, au malade, au prisonnier, au délaissé : je suis heureux parce que je suis avec toi, Seigneur.

Pour autant, le croyant n’en a pas moins part aux petits bonheurs de cette création terrestre. Nous sommes des êtres de chair et de sang, et les petits réconforts que nous pouvons nous ménager au fil de nos journées sont importants pour notre équilibre.

Le bon sens danois nous propose justement de rééquilibrer nos agendas surchargés, par un remède très concret consistant à se réserver des petites plages de temps, dans la visée de savourer l’instant présent.

Qu’il s’agisse de déguster avec des amis une part d’un fondant fait maison, de se délasser dans un bain aux essences de citron, de passer un petit moment seul à boire un thé chaud devant une colonie de petits lumignons scintillants, de se réjouir de l’harmonie d’une pièce après l’avoir rangée et lessivée ou du jardin après l’avoir vigoureusement ratissé, nous pouvons trouver bien des occasions d’éprouver des joies sensibles et prendre le temps d’en ressentir le bienfait. Tout cela est simple et bon, comme un déjeuner de poisson grillé sur une rive, au bord d’un lac. Le Seigneur nous enseigne aussi cet art, Lui qui vient s’inviter chez nous et prendre notre nature. Comment pourrions-nous nous émerveiller de Son incarnation, sans nous réjouir de la nôtre, appelée à être glorifiée par la Sienne !

 

Ces moments si petits et insignifiants qu’ils puissent paraître ou durer, ouvrent une dimension précieuse, me donnant de vivre non plus dans le temps effréné de mon agenda, mais dans le temps de la rencontre, du moment favorable, dans le temps de Dieu. C’est l’instant présent, où je peux prendre conscience de l’incroyable chance que j’ai d’exister et d‘être là, dans un cadre apaisant où je me sens heureux de vivre, relié à ceux que j’aime, qu’ils soient présents ou non.

À l’heure où les réseaux sociaux ont de plus en plus d’influence sur nos vies, où nous risquons, via les likes, de profiter davantage de la photo du bon moment que nous postons plutôt que du bon moment en question, ces petits moments peuvent même devenir curatifs.

Cet art de vivre participe aussi à produire des effets positifs sur notre santé : au cœur de ces petites oasis que nous nous ménageons, nous privilégions généralement la sensation, la perception pure, par l’activité de nos sens humains (qu’il nous suffise d’éplucher une orange et tous nos sens sont sollicités jusqu’au petit bruit de l’écorce que l’on arrache), tout en laissant un peu au repos notre cerveau raisonnant.

Cet état de réceptivité, d’accueil, et de calme intérieur est au fond un moyen tout simple et efficace de se détendre, d’apprendre à être présent à soi et au monde, et d’apprécier ce que l’on est en train de vivre. Nous retrouvons quelque chose de très similaire dans la méthode Vittoz* qui éduque à l’accueil, sans jugement ni tension, de l’instant présent, dans l’optique de procurer de façon naturelle, repos et ressource au système cérébral.

L’accueil est en effet une dimension essentielle de cette tension légitime vers le bonheur ; il ne s’arrête pas à l’accueil du bon moment qu’il m’est donné de vivre maintenant, il s’ouvre plus largement à l’accueil de l’autre : l’autre, tel qu’il est, qu’il ait un caractère agréable ou pas, pour me donner de vivre avec lui, ne serait-ce qu’un petit quart d’heure, un moment léger, fluide, gratuit et heureux, un convivium dont chacun sortira avec le sourire !

En creusant un peu, nous découvrons combien cette démarche est loin d’être une simple échappatoire.  Elle se propose au contraire comme une petite auto-régulation qui aide à prendre fidèlement soin de soi, et qui nous donne d’accueillir nos tribulations avec davantage de sérénité, de confiance et de force physique !

*

Il se trouve que l’une des séries d’illustrations de la nouvelle collection d’hiver épouse tout à fait le thème de ce jour – mon esprit devait travailler en sous-marin ! Toutes les cartes de cet article font partie de la nouvelle collection et peuvent se retrouver en boutique chez Minty Hours : clic ici !

Pour vous chers lecteurs de ce blog, -10% avec le code BELAVENT18 (écrire tout attaché) pour tout achat dans la boutique MINTY HOURS jusqu’au 24 décembre minuit (la case pour insérer le code apparaît vers la fin de l’opération d’achat). Si vous avez passé une commande cette semaine sans avoir encore connaissance de ce code, nous vous glisserons automatiquement une surprise équivalente aux 10% !

A tous et à chacun, un très bel Avent !

*

 

* La méthode Vittoz : méthode rééducative visant à rétablir l’équilibre cérébral au moyen d’exercices simples et pratiques. C’est une proposition respectueuse du fonctionnement humain et tout à fait compatible avec la foi chrétienne. Des formations existent à ce titre dans certains monastères et centres diocésains de France.

 

 

 

Les âmes de nos disparus sont dans ta main Seigneur,

Sur cette terre, ils ont connu le bonheur, la joie,

la douleur, la peine et l’épreuve.

Aujourd’hui, ils reposent dans ta paix.

Certains sont déjà entrés dans ta gloire,

Ils ont été purifiés comme l’or au creuset.

Ta lumière resplendit sur eux, 

et la sève de ton propre amour 

irradie leur âme innocente.

D’autres sont encore en chemin vers toi,

ils se laissent émonder

dans l’attente éblouie du jour de ta visite 

où Tu les conduiras en Paradis.

 

Seigneur, éclaire le coeur de tes enfants

qui cheminent ici-bas sans espérance.

Donne-leur d’ouvrir les yeux

sur les réalités du Royaume que Tu nous prépares.

Illumine leurs profondeurs,

délivre-les de toute angoisse face à la mort.

Accorde-leur la confiance paisible

de retrouver, un jour,

dans la douceur de ton Amour,

ceux qui ont tant compté pour eux.

 

*

Un petit mot sur le mystère du purgatoire :

Lorsque notre vie prend fin sur cette terre, nous mourons comme nous sommes.

Bien que la voie de la sainteté soit réellement possible pour chacun de nous, nous savons bien combien ce chemin est difficile. C’est un vrai projet de vie qui nécessite déjà d’en avoir le désir ici-bas, la volonté de s’attacher très intimement au Christ pauvre, et la disposition de coeur de se laisser radicalement purifier. « On ne peut entrer au Ciel si on n’amène pas le Ciel avec soi » (Adrienne Von Speyr).

Le Paradis, c’est la communion avec Dieu et avec tous les saints du Ciel. Dans cette communion d’amour, nulle âme ne pourrait, un seul instant, être tentée de se regarder elle-même, ou de se mesurer aux autres. Ce ne serait plus le Paradis ! Ici, chacun est pur, de la pureté même du Christ. Ici, tout n’est que don et re-don, tout n’est que partage et joie d’aimer en Dieu. Tout n’est que pur amour, et circulation d’amour.

Autrement dit, nous ne pourrons rejoindre notre Seigneur et nos frères entrés dans la gloire, qu’en étant devenus, chacun, un autre Christ, avec notre nature de créature, et les traits de notre personnalité propre. L’amour en nous doit atteindre l’absolue perfection, dans un dessaisissement total de nous-mêmes. Et cette humble perfection ne peut pas être approximative. L’amour sanctifiant de l’Esprit Saint a mission de tout embraser, tout consumer en nous, jusqu’à la refonte parfaite de notre être. Une âme défunte comprenant qu’il reste encore en elle une infime attache, ne voudrait pour rien au monde accéder au Ciel ! Le purgatoire est donc cet état de purification où tout notre être passe du moi à l’Amour de Dieu et à l’amour des autres.

Gardons nos défunts dans notre prière, aidons-les par notre intercession, et soutenons aussi les âmes que nous ne connaissons pas, ou celles dont nous pouvons penser qu’elles ont besoin d’aide.

Et en cette solennité où nous fêtons l’immense foule de saints anonymes, confions-nous à la force de leur prière. A tous et à chacun, une bonne fête de la Toussaint !

 

Pour aller plus loin sur ce sujet de la vie après la mort, il y a cet article-ci sur ce même blog : Le Royaume des Cieux et la vie du monde à venir

 

 

 

Face aux révélations d’ampleur des crimes sexuels dans l’Eglise, nous nous découvrons sans voix, sidérés, atterrés. Les actes mis en lumière sont tellement déstructurants. Les mots peuvent manquer, se faire balbutiants. Que dire ? Comment prier, quand le Saint Père nous appelle à nous mobiliser dans la prière.

Dans ces circonstances si douloureuses, il m’a semblé utile de donner forme à l’expression de ce désarroi qui nous touche tous.

Si prier, en pensant à ces faits très graves, vous est également difficile, je vous propose, sous ce petit mot, une neuvaine de compassion pour les victimes d’abus dans l’Eglise.

Vous pouvez bien sûr partager cette prière. Je l’ai soumise à mon Diocèse avant de la diffuser, afin qu’elle puisse être dite en toute confiance.

En ce jour où nous honorons Notre Dame des Douleurs, que la Vierge de pitié et de tendresse nous affermisse dans la foi.

 

 

NEUVAINE DE COMPASSION

Pour les victimes d’abus dans l’Église (suite…)

 

 

 

Ces derniers mois et jusqu’à ce jour, je n’ai cessé de travailler avec bonheur pour honorer mes commandes de cartes… et le temps a filé à la vitesse de la lumière !

C’est dire si le repos estival, que je m’accorde à présent, contraste résolument avec ce rythme trépidant. Je m’émerveille de retrouver du temps pour des petits plaisirs mis de côté, comme celui de bloguer, ou de ne rien faire – juste déguster une crème glacée maison, sous le souffle léger du ventilateur.

Avant de partager un peu plus loin quelques heureuses recettes de Frozen Yogurt, un petit mot au sujet la Neuvaine à Sainte Marie Madeleine qui m’est beaucoup demandée en ce moment, les vacances étant une période idéale pour profiter de sa précieuse intercession.

 

 

Vous pouvez la trouver en ligne ici. Mais si vous souhaitez la voir « en vrai », notez que les stocks viennent tout juste d’être renouvelés dans la librairie des Sœurs de la Fraternité de Jérusalem à Paris, à la librairie de la Basilique Sainte Marie Madeleine à Vézelay, à l’Abbaye de Maylis dans les Landes (Frère Théophane se fera une joie de vous accueillir), et je créerai bientôt une page répertoriant tous les autres points de vente (Abbaye Sainte Anne de Kergonan, Dominicaines de Chalet, Dominicaines de la Clarté etc…).

Et puis un petit aperçu des dernières créations Minty Hours du tout début de l’été que je n’ai pas eu encore le temps de présenter, mais pour lesquelles j’ai activement travaillé : les signets dédiés aux communions et autres sacrements, et les cartes de baptême pour les bébés (plus précisément pour les bébés filles. Et bientôt pour les petits garçons !).

 

 

Des cartes de remerciement, félicitations, ou bienvenue pour nos prêtres sont également parues, sous ce même libellé de gratitude : Deo Gratias !

 

 

 

A maintes reprises, vous m’avez demandé une carte ou un signet qui n’existait pas encore en boutique, et qui était en préparation dans mon studio de création. Vos projets rencontrent les miens, et c’est toujours une réjouissante surprise pour moi de créer et mettre au point une carte dans la perspective d’un événement réel.

Ces dessins qui voient le jour autour des grandes étapes de foi de vos enfants, représentent une aventure qui me comble de joie. Un immense merci à toutes les mamans – ce sont généralement elles qui s’occupent des préparatifs – qui m’ont fait confiance !

Bonne Fête de la Transfiguration du Seigneur (c’est aujourd’hui, 6 août !) , et très bel été à chacun, chacune ! Nous nous retrouvons à la rentrée 🙂 ou bien tout l’été sur mes comptes Instagram  : mon compte Nathalie et mon compte Minty Hours (sur lequel il est possible de gagner régulièrement des cartes !)

*

Et comme promis, voici trois agréables recettes de Frozen Yogurt. Sans sucre ajouté ou très peu, cette délicieuse alternative permet de s’offrir des glaces à volonté, en toute quiétude ! Nous confectionnerons ce bon dessert avec de simples yaourts nature et des fruits frais pour la première recette, du café maison pour la seconde, et un peu de sucre vanillé pour la dernière. Et comme nous sommes gourmands ici, nous avons sédimenté un frozen Yogurt nature sur un frozen yogurt aux fruits, pour les jolies associations de couleurs et pour le fun des saveurs ! 

 

FROZEN YOGURT AUX FRUITS :

Ingrédients pour une personne (portion généreuse) à multiplier en fonction du nombre de personnes :

  • Un pot de yaourt nature (fyord, ou à la grecque, ou au lait bio, ou vegan au soja, ou même fait maison, etc.) Les petits suisses sont également possibles pour un effet plus onctueux et crémeux – mais forcément plus riche. Évitez le 0% !
  • 150 gr de fruits : fraises, mûres, framboises, groseilles, myrtilles ou fruits d’été comme la pêche, le brugnon, le raisin, le melon, la mirabelle…
  • Si besoin une petite cuillère à café bombée (soit 10 g) de sucre ou sucre glace ou miel. Cette cuillerée est facultative surtout si les fruits sont bien sucrés, ou si vous ne tenez pas à consommer trop de sucre.

Il s’agira idéalement de fruits frais de saison, cueillis à maturité et bien sucrés, lavés, coupés en petits morceaux. Nous vous déconseillons les fruits congelés car le goût sera beaucoup moins prononcé et les vitamines et nutriments moins nombreux.

Procédé :

Mixer au blender (ou tout appareil capable de mixer) le yaourt, les fruits et le sucre. Il est également possible d’ajouter un peu de lait à la préparation.

Bien refroidir le yaourt ainsi préparé, en le plaçant au freezer ou au congélateur, au moins 2 heures avant de servir.

Au moment de servir, si vous souhaitez enrichir votre préparation, parsemez de pépites de chocolat, ou d’amandes ou noisettes concassées, ou de brisure de macaron ou nougat, ou de confettis alimentaires décoratifs, ou arrosez de coulis de fruit, ou de sirop d’agave et dégustez !

 

FROZEN YOGURT AU CAFE :

Ingrédients par personne (multipliez la dose en fonction du nombre de personne) :

  • 1 yaourt
  • 10 g de sucre (une cuillère à café bombée)
  • 1 cuillère à soupe de café bien fort
  • 1 petite cuillère à café de crème fraîche, éventuellement allégée

Procédé :

Vider le contenu du yaourt dans un bol.
Ajouter la crème, le café et le sucre.
Fouetter le tout (avec un petit fouet à main).
Verser dans une coupelle et déposer dans le congélateur ou le freezer, au moins 2h avant de servir..
Sortir quelques minutes avant de les servir (n’attendez pas si le temps est caniculaire !) et parsemez de pépites de chocolat, ou de fruits secs broyés, ou de brisure de macaron, ou de confettis alimentaires décoratifs, ou bien arrosez de sirop d’agave ou de coulis au café et servez !

 

FROZEN YOGURT NATURE :

Ingrédients par personne (là encore, multipliez la dose en fonction du nombre de personne) :

  • 1 yaourt
  • 10 gr (une cuillère à café bombée) de sucre vanillé
  • facultatif : 1 petite cuillère à café de crème fraîche ou fouettée, éventuellement allégée

Procédé :

Vider le contenu du yaourt dans un bol.
Ajouter la crème, et le sucre vanillé.
Fouetter le tout (avec un petit fouet à main).
Verser dans une coupelle et déposer dans le congélateur ou le freezer, au moins 2h avant de servir.
Avant de servir, parsemez de pépites de chocolat, ou de fruits secs broyés, de brisure de guimauve, ou de confettis alimentaires décoratifs, ou arrosez de sirop d’agave ou de coulis de fruit ou coulis au chocolat, ou d’un trait de chantilly et servez !

Bonne dégustation 🙂 et bon repos estival !

 

 

Dans l’écheveau de nos vies, nous pouvons parfois découvrir avec bonheur et surprise, que des quantités de petites choses que nous avons pu entreprendre ici ou là, par petites touches successives et décousues – peut-être même depuis notre enfance – trouvent leur direction unificatrice dans nos réalisations actuelles.

C’est certainement ce que je ressens à travers ces créations de jeunes communiants, confirmands et baptisés. Car pour une consacrée qui dessine, c’est une joie profonde de s’atteler à sa table de travail et créer pour un baptême (le début de la vie nouvelle), une confirmation (l’affermissement de cette vie renouvelée) ou une communion (l’union au Corps et au Sang du Christ, en vue de notre transformation en Lui).

Nous n’en avons pas toujours conscience, mais au fil des célébrations dominicales, nos communions nous enracinent toujours plus profondément dans la filiation divine et nous incorporent toujours plus solidement au Christ vivant et à son Corps, l’Eglise.

En se donnant à nous, le Christ nous rend capable de rompre nos attachements désordonnés. Par son Esprit Saint, il nous éclaire, nous fortifie, et nous aide, au creux de nos pauvretés, à témoigner de notre foi et de notre amour fraternel – amour reçu du Cœur-même de Jésus Eucharistie. A chaque communion, toutes ces grâces s’impriment généreusement en notre âme, pour peu que nous soyons dans les dispositions requises : un simple cœur ouvert.

Il se passe donc quelque chose d’immense, et nos petits communiants tout souriants et rayonnants, en aube ou en robe blanches, témoignent avec force de ce que nous devrions vivre à chaque fois que nous nous approchons de la Sainte Table !

 

 

Dans cet esprit, ces cartes-cadeaux ont été spécialement conçues pour ce moment radieux de la vie de foi d’un jeune. Les cartes aux tons bleus rappellent notamment la lumière glorieuse de la Résurrection, les tons dorés également.

Ces cartes sont toutes personnalisables (2 niveaux de personnalisation sont proposés, simple ou enrichi). Toute la collection est disponible chez Minty Hours.

Dans ce même élan, j’ai bien aimé rassembler quelques 140 épingles sur un tableau Pinterest (ici !), spécialement dédié aux festivités de ce grand jour, sachant que les mamans ont souvent à cœur de soigner chaque petit détail pour laisser à leur enfant, un souvenir beau, fort et heureux.

 

 

 

Je vous souhaite un très joli mois de Mai, mois de Marie, et mois de fête !

 

 

 

A l’origine, le projet compliqué de cette petite carte de Pâques était un Christ en gloire

Et finalement, s’est esquissé, sans l’avoir cherché, un Christ de tendresse, un Christ bon Berger.

Humble et doux Sauveur, revenu de sa sainte et bienheureuse Passion

nous invitant à prendre la place de ce petit agneau, blotti contre son coeur,

dans la confiance, la joie, la gratitude, l’exultation de nous savoir à ce point aimés.

Mais c’est aussi sa propre place que notre Seigneur nous enjoint à prendre.

Si le Christ a souffert par amour pour nous, s’il a triomphé de la mort, c’est afin que nous suivions ses pas et son exemple. Afin que nous reflétions, au delà de nos limites humaines et pauvretés, son image, sa ressemblance, sa présence, sa lumière, son amour.

Le don de sa vie, offerte pour chacun de nous, a un lien tout particulier avec notre vocation humaine, et l’accomplissement de notre être profond. Bien qu’unique et propre à chacun, cette vocation est toujours à chercher du côté de l’amour désintéressé et sincère, du don généreux et courageux de soi, dans les situations professionnelles, relationnelles et familiales qui sont les nôtres. Le sacrifice du Fils de Dieu nous parle de ce dont nous sommes capables, lorsque l’amour a pris toute sa place, en notre cœur.

Au cœur de notre actualité, cet appel à offrir le meilleur de nous-mêmes en ce monde, retentit puissamment avec le geste du Colonel Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie en voulant sauver la vie d’une inconnue. Face aux ténèbres, aux incertitudes et menaces qui obscurcissent l’horizon de notre pays, cet homme nous donne toute raison d’espérer et de croire en l’Homme, et cette espérance tient non seulement à la grandeur et l’héroïsme de l’acte qu’il a posé, mais à toute l’admiration, et l’aspiration au dépassement que cela suscite et inspire en chacun de nous.

Très heureuse fête de Pâques à chacun de vous !

 

 

 

Comme un coin de ciel miraculeusement rose après la pluie, retrouver vigueur et force après un malheureux accident domestique. 

Et faire l’expérience de la joie, malgré tout, durant cette longue traversée douloureuse, car j’ai été merveilleusement entourée et soignée. 

Et parce que mon petit univers graphique est venu rafraîchir et combler ces jours de souffrance et patience.

C’est ainsi que d’autres nouveaux visages de sainteté ont rejoint ma carterie pour ce nouveau temps de Carême, dont notre chère petite Thérèse. 

Tout est grâce, et ce long temps de recouvrement, un peu hors de temps, a aussi donné naissance à une nouvelle petite figure : Minty ! Je vous la présenterais en fin d’article.

Qu’ils soient prévus ou subis, ce sont généralement les événements de notre vie qui donnent un ton particulier à notre démarche de Carême. Nous sommes souvent enclins à penser « Si je n’avais pas eu tant de travail, ou tel ou tel impromptu, telle difficulté, tels maux d’hiver à rallonge, j’aurais mieux prié, j’aurais plus facilement pensé à partager, à simplifier ma vie…

Mais les aspérités et les contrariétés font partie intégrante du chemin, et n’hésitons pas justement à tirer un petit fil d’or dans l’épaisseur de nos soucis et emplois du temps laborieux, en initiant quelque chose de bon, et en demandant la grâce d’y être fidèle. Cette fidélité est vraiment nécessaire, c’est en réitérant chaque jour notre petit effort ou notre renoncement salutaire, que notre nouvelle disposition prendra peu à peu son pli, d’autant que nous sommes puissamment soutenus ! L’Esprit Saint, l’Esprit de Jésus Lui-même désire faire toute chose nouvelle en nous, guérir, renouveler, ressusciter certains aspects particuliers de notre vie. Il nous précède et nous accompagne, et nous révélera le beau chemin parcouru, quand brillera notre joie à Pâques !

Et donc, un fruit bien sympathique survient déjà sur mon chemin, à la suite de mon épreuve. Voici Minty !

Minty, c’est la simplicité et la joie innocente inscrites au cœur des petites choses du quotidien. La recherche de sa forme définitive m’a fait beaucoup de bien dans ces moments difficiles. 

 

 

Ce petit personnage inaugure une série de cartes cadeaux personnalisées, autour de diverses recettes (cuisine, couture, botanique, produits de soin et autre).  Le principe est d’y apposer votre propre recette au dos, ou bien de changer un petit détail de votre choix sur la carte d’origine, un petit détail qui donnera à cette carte de devenir vraiment la vôtre, tout en garantissant un tirage unique.

Par l’ajout d’un petit détail représentant quelque chose qui vous est propre, ou propre à la personne à qui la carte sera destinée, la carte prend une valeur bien plus grande qu’une simple reproduction. Nous sommes toujours très touchés quand quelqu’un pense à nous dans notre unicité, par une petite particularité qui nous ressemble.  

Et temps de Carême oblige, la première carte de cette collection s’ouvre sur un modeste menu, néanmoins apprécié de tous : les pâtes !

 

 

Dans ce même élan, nous avons testé l’encadrement de nos petites cartes, dans un joyeux mélange des genres, motifs religieux et non religieux, à l’image de notre vie de tous les jours où prière, vie intérieure et activités quotidiennes s’épousent et se fondent dans le tissu de nos journées. Et nous sommes heureux  de découvrir que ces différents thèmes fonctionnent bien ensemble ! Toutes ces cartes sont disponibles sur la petite e-boutique : Minty Hours

 

 

 

Sur les pas de notre bien aimé Seigneur et Sauveur, je vous souhaite un Carême rempli de sourires, mains tendues, petits services, regards de bonté, intercessions ferventes, gestes fraternels… toutes ces petites attentions qui rendent la vie si belle et douce, tant celles que vous prodiguerez que celles que vous recevrez !

Oui, ce n’est pas si souvent, je suis visible dans cet article ! J’ai tant reçu de gentils mots pour prendre de mes nouvelles,  cela me permet de vous dire que tout va beaucoup mieux ! 😊

 

 

J’ai souvent eu l’occasion de l’écrire ici ou là, ce blog a un lien tout particulier avec l’Epiphanie puisque cette très jolie fête religieuse correspond à sa date anniversaire (Oups je poste avec une semaine de retard)

Si vous nous suivez depuis quelques années, vous reconnaîtrez les petits sujets imaginés ici pour remédier aux petites (et parfois très grandes) déceptions qui peuvent survenir lors du partage de la galette des Rois. 

Il nous est toujours difficile de voir des petites mines toutes tristes à la fin de ce réjouissant dessert, et la confection de nos propres galettes – avec la discrète petite entaille placée sur la ou les fève(s) – représente pour la plupart d’entre nous une entreprise compliquée. Ces petites cartes consolatrices surprises ont donc pour humble mission de venir redonner le sourire aux petits déçus ! La collection est disponibles sur Minty Hours (à tout petit prix afin qu’aucun enfant n’en soit privé).

Que cette année nouvelle distille sa rosée de grâces et de bénédictions sur chacun de vous, Sainte et heureuse année 2018 !

… et Happy Epiphany ! 🙂