Info

Micro observatoire de la beauté, à la rencontre des grâces, des émerveillements et des joies toutes simples de la vie. Art de la maison, Création contemporaine, Style monacal, Design écologique, DIY, Artisanat d'art, Illustration.

Pastel Petite fille Jaire - Ecce Amor

Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille.
Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »
Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher — elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés.
Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.

Evangile du jour, illustré au pastel sec et crayon de couleur. Textes liturgiques © AELF, Paris.

Commentaires

5 Commentaires

Post a comment
  1. michelle #
    février 6, 2014

    ah! oui elle a un appareil dentaire. 🙂

    J'aime

    • février 6, 2014

      Oui, mais justement, je n’étais pas sûre que l’on comprenne, j’ai réédité l’article ! C’est la même jeune fille mais elle dort encore ! Un grand merci chère Michelle !

      J'aime

  2. michelle #
    février 7, 2014

    j ‘aime beaocoup ce joli dessin.il va bien avec le texte.

    J'aime

  3. kristelsaintcyr #
    février 3, 2015

    Merci beaucoup pour ce bel article, et j’aime beaucoup le dessin. On y respire le mystère et la pureté, le passage de la grâce, tellement en accord avec le texte

    Aimé par 1 personne

    • février 3, 2015

      C’est moi qui suis reconnaissante de vos encouragements si chaleureux Kristel ! 🙂 Un an après, un heureux hasard fait qu’il s’agit de l’Évangile d’aujourd’hui. Histoire croisée et imbriquée de deux guérisons, celle de la femme hémorroïsse et de cette jeune fille ressuscitée. Il existe beaucoup d’interprétations théologiques dont celle d’Israël – la femme perdant son sang – souffrante et impuissante à guérir de son mal par les seuls préceptes de la loi. Et ce même Israël – la fille de Jaïre – revenue à la vie, redevenue une belle jeune fille nubile, sauvée par le Christ, sauvée par pure grâce. Comme il est bon de se souvenir que toute vie est une histoire sainte, et que ce passage évangélique illustre aussi le mystère de nos propres vies !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS